L’histoire du SK à Noisy-le-Grand : métro futuriste…mais inexploité

L’histoire du SK à Noisy-le-Grand : métro futuriste…mais inexploité

A la fin des années 1980, le Syndicat des Transports Parisiens (devenu STIF dans les années 2000) lançait une étude pour la création d’un métro à Noisy-le-Grand (il existe un métro semblable à Roissy CDG et au Parc des Expositions de Villepinte que l’on peut voir ci-dessous dans le clip vidéo d’Etienne Daho). Le 4 juillet 1991, le STP donne son aval et le chantier démarre quelques mois plus tard. Terminé en 1993, d’un coût de 60 millions de Francs, dont 12 supportés par la commune de Noisy-le-Grand, il s’agit d’un mini-métro automatique en circuit fermé, constitué de petites cabines de dix places, allant jusqu’à 20 km/h, parfois tractées par câble un peu à la manière d’un téléphérique sur roues, proposé par la société Soulé (le nom du système de métro « SK » pour Soulé Kermadec les noms de ses concepteurs).

La ligne de métro (que l’on peut voir en 1996 dans cette vidéo, dans laquelle témoigne Jean-Luc Benhamias, eh oui !, alors élu de la commune de Noisy-le-Grand) relie la gare de RER A de Noisy le Grand, située au niveau du centre commercial des Arcades, à un futur quartier d’affaires : le complexe Mailles-Horizons. La ligne de métro est constituée d’un tunnel de 560 mètres reliant deux stations (Mont d’Est et Mailles Horizons, avec une capacité prévue de 2300 passagers/heure/sens). A cette époque, il n’existait qu’un terrain vague envahi d’herbes devant « le Théâtre », immeuble caractéristique de Noisy-le-Grand. Mais patatras ! Le quartier d’affaires péréclite suite à la faillite du promoteur. La RATP, exploitant de la ligne, va faire tourner les équipements pendant six ans. En 1999, elle arrête les frais. Les cabines sont mises sur câles.

Jusqu’en 2006, les stations et les équipements sont conservés en parfait état (cf photos du site exurbis). Mais dès 2007 la station, les équipements et les installations électriques sont régulièrement pillés. Aujourd’hui le site est à l’abandon et dans un état de décrépitude avancé (le site est dangereux et je vous déconseille fortement de vous y rendre).

 

 

 

 

Categories:

balade urbaine